menu Sauver des vies

SOS MEDITERANNÉ

Sauver des vies
Maintenant

Aquarius
JOURNAL DE BORD

Chaque jour, un membre de SOS MEDITERRANEE vous donne sa vision des opérations de sauvetage en mer et des événements. Retrouvez ces chroniques en son, images et vidéos.

le 23/08/2019

[DÉCLARATION] Les 356 rescapés à bord de l’Ocean Viking enfin autorisés à débarquer à Malte

SOS MEDITERRANEE : “les États européens et leurs sociétés civiles ne peuvent accepter que de tels blocages se produisent à nouveau“

 

Après un blocage de 14 jours, les 356 personnes sauvées par SOS MEDITERRANEE il y a deux semaines vont finalement débarquer de l’Ocean Viking, navire de sauvetage opéré par SOS MEDITERRANEE en partenariat avec Médecins sans frontières (MSF). Elles seront transférées sur des navires appartenant aux Forces armées maltaises puis débarquées à Malte, suite à un accord de répartition entre six pays membres de l’Union Européenne (Irlande, Portugal, France, Roumanie, Allemagne et Luxembourg).

 

« SOS MEDITERRANEE est soulagée qu’une solution européenne ait finalement été trouvée pour les 356 rescapés à bord de l’Ocean Viking. Quatorze mois après le premier blocage vécu par notre précédent navire, l’Aquarius, nous regrettons qu’il n’y ait pas de mécanisme prévisible européen mis en place afin d’éviter de prolonger la souffrance de personnes vulnérables en pleine mer. Le fait que Malte, plusieurs États membres et la Commission européenne aient eu un rôle décisif dans cette prise de décision montre qu’une nouvelle coopération est possible afin d’éviter d’autres naufrages mortels et des blocages inutiles en Méditerranée centrale. Nous espérons que la solution ad hoc mise en place ce jour se transformera bientôt en un mécanisme de débarquement prévisible et pérenne, mécanisme promis à plusieurs reprises par plusieurs États membres de l’Union européenne », explique Frédéric Penard, directeur des opérations de SOS MEDITERRANEE.

 

« Ce blocage de 14 jours de l’Ocean Viking a été choquant. Les États européens et leurs sociétés civiles ne peuvent accepter qu’une telle situation puisse se reproduire. SOS MEDITERRANEE et MSF retourneront en mer le plus vite possible : tant que des personnes seront en situation de détresse en mer Méditerranée et tant que les États ne prendront pas leurs responsabilités, la société civile et les sauveteurs prendront la mer afin de tenter d’empêcher des personnes qui fuient la Libye de se noyer », ajoute Frédéric Penard.

 

L’Ocean Viking va maintenant procéder à un changement d’équipage, à un ravitaillement en carburant et réapprovisionnement du navire avant de repartir au plus vite en zone de recherche et de sauvetage, au large des côtes libyennes.

 

Photo : Hannah Wallace Bowman / MSF

Retour au journal de bord