menu Sauver des vies

SOS MEDITERANNÉ

Sauver des vies
Maintenant

Aquarius
JOURNAL DE BORD

Chaque jour, un membre de SOS MEDITERRANEE vous donne sa vision des opérations de sauvetage en mer et des événements. Retrouvez ces chroniques en son, images et vidéos.

le 03/10/2017

Le 3 octobre, c’était hier et c’est aujourd’hui

C’était il y a quatre ans. Le 3 octobre 2013, 368 personnes prises au piège dans les cales d’un bateau en bois sombraient sur les côtes de l’île de Lampedusa. Pendant plusieurs jours, les habitants de l’île n’ont fait que remonter des corps à la surface et les aligner dans le hangar de l’aéroport de Lampedusa. Là où d’ordinaire s’entassent les touristes, ceux qui ont un passeport et le droit de voyager en sécurité. « Notre île est trop petite, il n’y a même plus de place pour les vivants » s’était écriée la maire de Lampedusa, Giusi Nicolini. C’était il y a quatre ans, devant l’alignement de cercueils, les dirigeants européens et internationaux avaient dit : « Plus jamais ça ». Quelques semaines plus tard l’Italie « montrait la voie »[i] en lançant, dans ce bras de mer devenu le plus mortel au monde, l’opération Mare Nostrum, première opération d’ampleur de recherche et de sauvetage en mer au large des côtes libyennes.

C’était il y a un an. Le 3 octobre 2016, les sauveteurs de l’Aquarius, aidés par d’autres ONG présentes en Méditerranée, secouraient 722 personnes en pleine mer au large des côtes libyennes. 722 personnes, hommes, femmes et enfants entassées sur le pont et dans les cales d’un énorme canot en bois de 20 mètres qui menaçait de chavirer. L’embarcation avait été repérée en pleine nuit, et ce n’est qu’au terme de presque sept heures de sauvetage que l’ensemble des 722 passagers, dont 192 femmes et 198 mineurs, était accueilli sain et sauf à bord de l’Aquarius. L'Aquarius, un bateau affrété par une association civile européenne et parti sauver des vies en mer, quinze mois après la fin de l’opération Mare Nostrum « torpillée par l’Union Européenne »[ii]

C’était ce matin, le 3 octobre 2017, en pleine Méditerranée Centrale. Sur le pont avant de l’Aquarius, là où sont parfois alignés les sacs blancs enveloppant les corps repêchés en mer, les sauveteurs volontaires de SOS MEDITERRANEE et de Médecins Sans Frontières, ont observé une minute de silence. Un hommage à la mémoire des 15.696 hommes, femmes et enfants qui, depuis le 3 octobre 2013[iii], se sont noyés ou ont disparu en mer aux portes d’une Europe où ils espéraient trouver refuge et protection. « Parce que eux, c’est nous »[iv] et parce que « nous pouvons éviter ces milliers de morts annoncées »[v], l’Aquarius continuera de veiller dans les eaux internationales au large de la Libye, tant que des personnes continueront de risquer leur vie en Méditerranée.

Depuis le début de sa mission en Méditerranée en février 2016, l’Aquarius a accueilli à son bord 23.063 personnes secourues en pleine mer, dont 16.414 secourues directement par les sauveteurs de SOS MEDITERRANEE et 6.649 accueillies après un transbordement.

 

 


[i] Discours à l'UNESCO de Sophie Beau, co-fondatrice et vice-Présidente de SOS MEDITERRANEE International le 27 juin 2017 pour la remise du prix UNESCO Houphouët Boigny à SOS MEDITERRANEE et Giusi Nicolini, maire de Lampedusa.

[ii] Id.

[iii] Source UNHCR.

[iv] Discours à l’UNESCO de Klaus Vogel, co-fondateur de SOS MEDITERRANEE, 27 juin 2017. 

Retour au journal de bord