menu Sauver des vies

SOS MEDITERANNÉ

Sauver des vies
Maintenant

Aquarius
JOURNAL DE BORD

Chaque jour, un membre de SOS MEDITERRANEE vous donne sa vision des opérations de sauvetage en mer et des événements. Retrouvez ces chroniques en son, images et vidéos.

le 11/09/2018

[L'OEIL DU PHOTOGRAPHE] : Maud Veith

« C'était la dernière opération de sauvetage d'une longue série qui avait commencé la veille à une heure du matin. Comme les autres, cette embarcation est apparue de nulle part. C'est une vision à laquelle tu as vraiment du mal à croire : voir arriver un bateau en caoutchouc, au loin, surchargé, en plein milieu de la mer. On croirait un mirage mais ce n'en est pas un. Il n'est qu'un tout petit point fragile au milieu des éléments. Et ce jour-là, les éléments s’en sont mêlés. Le ciel s'est chargé tout à coup, le vent s'est levé et la mer a commencé à monter. Au loin, le tonnerre et les éclairs ont déchiré le ciel. Véritable vision apocalyptique, le ciel s'est littéralement embrasé. Je me rappelle qu'à bord du canot de sauvetage, avec le reste de l’équipe, on se regardait et on hallucinait devant ce spectacle aussi fascinant qu'effrayant. Arrivés à côté de l’embarcation pneumatique, par chance, tout semblait aller sans trop d'encombres. Cette fois elle n'avait pas cassé. Tous ses occupants ont été ramenés sains et saufs sur l’Aquarius après plusieurs heures d’opérations sous une pluie battante. Nous étions désormais 618 à dormir à bord, plus de 30 nationalités, ce qui me remplit d’émotion. J'ai aussi réalisé que nous étions un 1er novembre, étrange hasard que ce jour où l'on célèbre les morts. Et les vivants. »

 

Maud Veith a passé trois semaines à bord de l’Aquarius en tant que photographe. De son passage à bord, elle a choisi de nous partager cette photo.

Vous pouvez découvrir le reste de son travail lors de l’exposition Ils arrivent pieds nus par la mer qui lui est consacrée du 18 octobre 2018 au 9 janvier 2019 à la Maison des Associations de Rennes. Plus d’informations sur cet évènement par ici

Et pour découvrir le reste de son travail, c’est par là.

 

Retour au journal de bord