menu Sauver des vies

SOS MEDITERANNÉ

Sauver des vies
Maintenant

Aquarius
JOURNAL DE BORD

Chaque jour, un membre de SOS MEDITERRANEE vous donne sa vision des opérations de sauvetage en mer et des événements. Retrouvez ces chroniques en son, images et vidéos.

le 12/03/2020

[L’ŒIL DU PHOTOGRAPHE] Anthony Jean, photographe à bord de l'Ocean Viking

« C’est un moment pour moi toujours aussi magique. Cet instant de transition sur l’eau, parfois irréel, entre deux continents. »

Anthony Jean est photographe professionnel à bord de l’Ocean Viking au sein de l’équipe de SOS MEDITERRANEE. Il a capturé cette image le 23 février dernier, lors du débarquement de 274 rescapés, sauvés quelques jours auparavant par l’Ocean Viking, dans les eaux internationales au large de la Libye.

 

« Il y a, à bord de l'Ocean Viking, deux abris. Une fois l’opération de sauvetage terminée et que tous les rescapés se retrouvent à bord, nous installons les hommes dans le plus grand et les femmes et les enfants dans un abri de plus petite taille, qui leur est entièrement dédié.

 

Les équipes de SOS MEDITERRANEE et Médecins sans Frontières (MSF) ont fait le choix de créer un abri qui soit, pour toutes ces femmes et ces enfants en détresse, comme un sanctuaire de paix, de repos et de sécurité.

 

Nous nous efforçons de leur apporter la bienveillance dont ils ont besoin après toutes les difficultés qu’ils ont traversées. Cet abri représente tout cela, c’est l’endroit où les femmes peuvent se confier, où les enfants peuvent jouer, où ils peuvent recevoir l’intimité des premiers soins. Il y a ainsi une règle à bord qui dit qu’aucun homme ne peut y entrer, chose que nous respectons tous.

 

En tant que photographe, j’ai établi de travailler toujours de la même manière. Après l'annonce du port de débarquement, à son approche, une effervescence apparaît sur le pont et dans les abris. Les femmes m’ont vu déambuler et discuter sur le pont pendant plusieurs jours. C’est à ce moment-là que je me permets doucement de sortir mon appareil photo qu’elles acceptent à bras ouverts, et je partage avec elles ces effusions de joie. C’est un moment pour moi toujours aussi magique. Cet instant de transition sur l’eau, parfois irréel, entre deux continents. »

Retour au journal de bord