menu Sauver des vies

SOS MEDITERANNÉ

Sauver des vies
Maintenant

Aquarius
JOURNAL DE BORD

Chaque jour, un membre de SOS MEDITERRANEE vous donne sa vision des opérations de sauvetage en mer et des événements. Retrouvez ces chroniques en son, images et vidéos.

le 14/01/2020

[PAROLE DE CITOYEN] Benoît : le visage derrière la boîte contact

Le regard franc, le sourire généreux et la voix ronde et chaude de Benoît font partie du décor au siège de SOS MEDITERRANEE à Marseille. Plus encore, la plume de ce bénévole de la première heure donne une âme à la boîte mail contact@sosmediterranee.org de l’association.


D’une poignée de bénévoles en 2015 à une vingtaine de salariés aujourd’hui en France, SOS MEDITERRANEE a toujours gardé cet ADN citoyen qui fait son originalité et sa force. Dans la pratique, cela se traduit par la place prépondérante qu’y occupent toujours les bénévoles au quotidien, y compris dans la gestion des mails de la boîte contact, porte d’entrée officielle de l’association. C’est Benoît, ingénieur retraité d’Airbus à Marignane qui, à 67 ans, apporte des réponses personnalisées aux 9000 mails qui atterrissent dans la boîte contact chaque année. Avec humanité et générosité.

 

« En septembre 2015, j'ai assisté à la première réunion publique de SOS MEDITERRANEE au Mucem, à Marseille. Devant la situation décrite, je me suis senti redevable pour aider à sauver tous ces pauvres gens qui fuient parce qu'ils n'ont pas d'autre solution. (…) Nous* avons donc pris contact avec Sophie Beau [la fondatrice] très rapidement et Sophie m'a demandé de la soulager du courrier électronique. »

 

Avec une moyenne de 25 mails par jour, Benoît ne chôme pas : dès les aurores, il relève la boîte mail et prend le temps de répondre à chacun, ou bien il cherche la personne susceptible de traiter la demande. C'est la première tâche qu’il accomplit le matin, et la dernière avant d'éteindre le soir venu. « Je suis toujours aussi agréablement surpris par l'enthousiasme que SOS MEDITERRANEE provoque chez ceux qui écrivent à la boîte contact et du nombre de personnes qui veulent s'engager comme marins-sauveteurs ou comme bénévoles à terre pour ne pas rester inactifs devant ce drame quotidien qui se joue en mer, dans "notre" mer. » Tout comme la dizaine d’autres bénévoles qui s’activent pour apporter une réponse personnalisée aux milliers de donateurs qui soutiennent l’association (via la boîte donation@sosmediterranee.org et par courrier postal), Benoît reçoit une variété de messages qui lui rappellent le bien-fondé de la mission de SOS MEDITERRANEE et par la même occasion, de son engagement comme bénévole.

 

« Parfois, des jeunes, voire des très jeunes, écrivent des poèmes ou collectent de l'argent de leur propre initiative. L'an dernier, une enseignante nous a écrit pour citer une de ses élèves en 3e qui, lors du spectacle annuel de son école, a présenté la mission de SOS MEDITERRANEE avant d'interpréter un morceau de musique en son honneur. Elle avait également préparé une boîte en carton pour collecter des dons. Plus récemment, un jeune ébéniste de Marseille a proposé ses services pour l'entretien du bateau. »

 

Depuis près de cinq ans que Benoît gère la boîte contact, il est toujours aussi touché par les nombreux messages d’encouragement qui continuent d’affluer, de ces « gestes citoyens de la part de gens qui donnent ce qu'ils peuvent donner, qui donnent 5 ou 10 euros par mois avec une "petite" retraite… Une belle preuve de confiance et de fidélité. »

 

* L’épouse de Benoît, Christine, est également bénévole à SOS MEDITERRANEE comme référente pour la sensibilisation scolaire à Marseille.

Retour au journal de bord