menu Sauver des vies

SOS MEDITERANNÉ

Sauver des vies
Maintenant

Aquarius
JOURNAL DE BORD

Chaque jour, un membre de SOS MEDITERRANEE vous donne sa vision des opérations de sauvetage en mer et des événements. Retrouvez ces chroniques en son, images et vidéos.

le 29/07/2016

Pas seulement des chiffres : des visages, des histoires…

Le mois de juillet s’achève.

Voilà déjà plus de cinq mois que l’Aquarius sillonne les eaux au large de la Libye sur instruction du MRCC (Maritime Rescue Coordination Center) qui se fait fort d’organiser le dispositif de sauvetage pour couvrir l’ensemble de la zone et optimiser les moyens à disposition.

En cette période estivale les traversées sont plus nombreuses et le rythme des sauvetages s’accélère. La coopération est indispensable entre les navires humanitaires, les navires de la marine italienne ou encore ceux de l’opération militaire EUNAVFOR MED-Sophia. Même si ces deux derniers acteurs n’ont pas pour mission de faire du sauvetage mais de protéger les frontières pour le premier et de traquer les passeurs pour le second, ils sont mis à contribution en vertu du Droit maritime international pour porter assistance en cas de détresse signalée d’une embarcation.

Alors que la triste barre des 3000 victimes en Méditerranée pour l’année 2016 vient d’être franchie, l’Aquarius affiche avec fierté et, pour redonner l’espoir, le chiffre des 4488 personnes secourues. Tous originaires d’Afrique subsaharienne fuyant l’enfer qu’ils ont vécu en Libye.

Un chiffre terrible attire notre attention. Celui des mineurs (22%) de plus en plus nombreux qui accompagnent leurs parents dans cette dangereuse aventure ou qui, plus effrayant, sont non accompagnés.

Et les témoignages s’accumulent à bord de l’Aquarius. Ils racontent tous une histoire poignante, une vie sur la route de la migration, la souffrance et les sévices subis… Une parole recueillie qui redonne à chacun son humanité. Car c’est aussi cela SOS MEDITERRANEE : au delà de sauver des vies, la volonté de redonner à chacun un visage humain.

Par Fabienne Lassalle

Crédits photo : Isabelle Serro

Retour au journal de bord