menu Sauver des vies

SOS MEDITERANNÉ

Sauver des vies
Maintenant

Aquarius
JOURNAL DE BORD

Chaque jour, un membre de SOS MEDITERRANEE vous donne sa vision des opérations de sauvetage et des événements depuis l’Aquarius. Retrouvez ses chroniques en son, images et vidéos.

le 15/09/2017

371 personnes en sécurité à bord de l’Aquarius : “Il faut faire vite, les migrants en Libye ont besoin d’aide” (témoignage)

 

L’Aquarius affrété par SOS MEDITERRANEE et opéré en partenariat avec Médecins Sans Frontières a secouru jeudi 262 personnes au cours de deux opérations de sauvetage dans les eaux internationales au large des côtes libyennes à l’Ouest de Tripoli.

Toutes les personnes secourues, dont 56 femmes, 7 enfants de moins de 5 ans et 48 mineurs non accompagnés, ont été accueillies saines et sauves à bord de l’Aquarius où elles ont été pris en charge par le personnel médical de Médecins Sans Frontières.

Les deux opérations de sauvetage, coordonnées par les garde-côtes libyens en lien avec le Centre de coordination des sauvetages (MRCC) de Rome, ont été menées par les sauveteurs de l’Aquarius dans les eaux internationales respectivement à 25 et 23,5 milles nautiques des côtes libyennes, au Nord de la ville de Sabratha. Les embarcations, deux canots pneumatiques très fragiles, auraient pu se briser ou se dégonfler à tout instant après plusieurs heures de navigation en pleine mer et nécessitaient une assistance immédiate.

Plus tard dans la soirée jeudi, l’Aquarius a reçu à son bord 109 personnes secourues plus tôt par le bateau humanitaire Vos Hestia de l’ONG Save the Children.

Le navire de sauvetage de SOS MEDITERRANEE devra désormais accompagner ces 371 personnes vers un “port of safety” (port sûr) où les droits fondamentaux de ces personnes vulnérables et leur éventuel droit à demander l’asile puissent être garantis.

“Ces nouveaux sauvetages démontrent clairement que des centaines de personnes continuent de fuir la Libye par la mer à bord d’embarcations de fortune et qu’il y donc a toujours une crise humanitaire qui persiste aux portes de l’Europe. Après les développements de l’été, il est évident que la présence des bateaux des ONG reste essentielle pour assurer une assistance humanitaire vitale en Méditerranée centrale. L’Aquarius poursuivra sa mission aussi longtemps que des personnes continueront de risquer leur vie en mer pour fuir l’enfer libyen” a déclaré Sophie Beau, vice Présidente de SOS MEDITERRANEE International.

TEMOIGNAGE : “Il faut faire vite, les migrants en Libye ont besoin d’aide”

Les personnes secourues ce jeudi sont en très grande majorité originaires d’Afrique subsaharienne : Nigeria, Cameroun, Gambie, Mali, Sierra Leone, ainsi que deux Syriens. Toutes témoignent de la situation épouvantable vécue par les migrants en Libye : kidnapping, extorsion, emprisonnement, travail forcé, viols à répétition, mauvais traitements, violences, tortures… et de l’absence de protection ou de recours possible pour faire valoir leurs droits fondamentaux.

B., un jeune Sierra Léonais, âgé d’une vingtaine d’années, a raconté avoir tenté trois fois la traversée de la Méditerranée avant d’être enfin secouru par le bateau humanitaire ce jeudi.

“La première fois, j’ai été refoulé, arrêté et envoyé en prison pendant 6 mois, la deuxième fois, j’ai encore été refoulé et envoyé en prison pendant un mois. La troisième fois, c’était en 2016. La marine libyenne et la police m’ont arrêté et je suis allé en prison pendant trois mois à Sabratha. Le matin ils nous donnaient des spaghetti à manger, dans lesquels ils mettaient des médicaments pour nous affaiblir. Puis le soir ils nous redonnaient des spaghetti empoisonnés. Nous étions placés dans de petites cellules, il y avait jusqu’à 60 personnes dans chacune d’elles. Pas de toilettes, il fallait faire ses besoins à terre. Et on devait dormir au même endroit. Les gardes plaçaient un plat de nourriture par terre, pour environ 20 prisonniers. Ils m’ont battu avec des câbles électriques. Pour sortir de prison il fallait payer. Ils m’ont demandé 480€ pour ma liberté. Les prix diffèrent selon les personnes. Il n’y a aucun moyen de vivre en Libye, aucun moyen de fuir, aucun moyen de retourner dans notre pays a expliqué le jeune homme à une volontaire de SOS MEDITERRANEE.

Dépêchez-vous de raconter notre histoire. Les migrants noirs en Libye ont besoin de votre aide, vous les Européens. Vous êtes en Europe, vous êtes libres, il faut faire vite ! a imploré un jeune homme originaire d’Afrique de l’ouest souhaitant garder l’anonymat.

“Nous ne pouvons que réitérer notre appel aux Etats européens et méditerranéens à entendre ces témoignages terrifiants avant qu’il ne soit trop tard et avant que d’autres personnes ne meurent en mer en tentant de fuir la Libye, ou ne soient refoulées et renvoyées entre les mains de leurs bourreaux” a déclaré Sophie Beau, vice-présidente de SOS MEDITERRANEE.

Depuis le début de l’année 2017, les équipes de l’Aquarius ont porté secours à 11.802 personnes. 9.287 ont été secourues directement par les équipes de SOS MEDITERRANEE, 2.515 ont été accueillies à bord après un transbordement.

Retour au journal de bord