menu Sauver des vies

SOS MEDITERANNÉ

Sauver des vies
Maintenant

Aquarius
JOURNAL DE BORD

Chaque jour, un membre de SOS MEDITERRANEE vous donne sa vision des opérations de sauvetage en mer et des événements. Retrouvez ces chroniques en son, images et vidéos.

le 18/04/2017

Week-end de Pâques dramatique en Méditerranée Urgence : renforcer le dispositif de sauvetage

Aquarius, lundi 17 avril 2017.

Des dizaines d’embarcations en détresse, de nombreuses de victimes en mer, un marathon d’opérations de secours et des bateaux humanitaires aux limites de leur capacité d’accueil… Voilà le scénario auquel ont été confrontées les ONG MOAS, Jugend Rettet et Sea Eye qui ont opéré sans relâche pendant tout le week-end pascal en Méditerranée. Plus que jamais, il y a urgence absolue à déployer immédiatement plus de moyens de sauvetage en mer, comme le demande SOS MEDITERRANEE depuis des mois.

Ce week-end, près de 8000 personnes ont été secourues en Méditerranée au cours d’une cinquantaine d’interventions de sauvetage, menées en grande partie par les organisations humanitaires, les gardes côtes italiens et des navires de la marine marchande.

Vendredi, au cours d’une journée de sauvetages non-stop, l’Aquarius a sauvé plus de 500 personnes et malheureusement récupéré un corps sans vie au fond d’un des bateaux pneumatiques secourus. Pendant les heures qui ont suivi, tandis que l’Aquarius - suivant les indications du centre de coordination des secours en mer de Rome - faisait route vers le port de Pozzallo, les autres bateaux humanitaires restés en mer se sont retrouvés confrontés à une situation dramatique.

Selon les informations publiées sur les réseaux sociaux des différentes ONG, samedi 15 avril dès l’aube, le Phoenix de MOAS a opéré un véritable marathon de 48 heures de sauvetages. Avec plus de 450 rescapés à bord – ainsi que 7 cadavres - le bateau de MOAS, au maximum de ses capacités, a cependant continué de patrouiller dans la zone portant assistance à environ 1000 autres personnes à  bord de 9 embarcations en détresse, avant de recevoir les renforts des embarcations des ONG Jugend Rettet (Iuventa), Sea-Eye, ainsi que celles des gardes côtes italiens et deux navires commerciaux.

Le Sea-Eye, un ancien bateau de pêche de 26 mètres, a accueilli 200 personnes à bord. Malgré tous ses efforts, l’équipage de volontaires n’a rien pu faire pour réanimer une femme enceinte recueillie dans un état désespéré à bord d’un des canots. Entre 8 et 10 corps ont été retrouvés autour de l’embarcation.

Dimanche matin, le bateau humanitaire Iuventa de l’ONG Jugend Rettet, lançait un SOS : le bateau surchargé – plus de 300 personnes à bord dont huit femmes enceintes - se retrouvait dans l’impossibilité de manœuvrer et de venir en aide à des centaines de personnes à bord de plusieurs embarcations en détresse. Ont suivi des heures d’attente interminable en l’attente de renforts, tandis que les conditions météorologiques commençaient à se dégrader. Après des heures de panique, les secours sont arrivés et le « pire a été évité », rassure finalement l’ONG Jugend Rettet.

Le film des évènements de ces 48 heures dramatiques en Méditerranée a été difficile à reconstituer en temps réel. Impliqués dans des opérations de sauvetage multiples et délicates, les équipages des bateaux humanitaires réservaient leurs canaux de communication satellitaires aux appels urgents du centre de coordination des secours de Rome.

A bord de l’Aquarius, amarré au port de Catane pour une escale de routine, l’équipage de SOS MEDITERRANEE a suivi avec une intense préoccupation l’évolution des évènements et tenu à afficher sa solidarité avec les équipages des bateaux des ONG impliquées dans des opérations délicates et dramatiques. 

En ce printemps 2017, les traversées se poursuivent à  un rythme soutenu. La situation dramatique vécue et rapportée par les ONG en ce week-end de Pâques rappelle qu’il y a plus que jamais un besoin urgent de renforcer le dispositif de sauvetage en Méditerranée Centrale pour faire face à cette crise humanitaire sans précédent.

Texte : Natalia Lupi

Photos : Patrick Bar

Retour au journal de bord