menu Sauver des vies

SOS MEDITERANNÉ

Sauver des vies
Maintenant

Ocean Viking
JOURNAL DE BORD

Chaque jour, un membre de SOS MEDITERRANEE vous donne sa vision des opérations de sauvetage en mer et des événements. Retrouvez ces chroniques en son, images et vidéos.

le 07/07/2020

180 rescapés débarqués cette nuit après 11 jours d’attente insupportable

Les 180 rescapés qui se trouvaient à bord de l’Ocean Viking ont enfin pu débarquer la nuit dernière à Porto Empedocle, en Sicile, après 11 jours d’une attente inutile qui a mis des vies en danger. Ils se trouvent désormais en quarantaine à bord du Moby Zazà, un ferry affrété par les autorités italiennes. Retour sur ces événements et sur 11 jours d’attente insupportable.

Quatre sauvetages, aucune réponse positive pour un port sûr

  • 22 juin - l’Ocean Viking quitte Marseille après une préparation rigoureuse pour opérer en temps de COVID-19 avec une nouvelle équipe médicale à bord.
  • 25 juin - Deux embarcations en détresse avec respectivement 51 et 67 personnes à leur bord sont secourues par les équipes de SOS MEDITERRANEE dans les eaux internationales en zones de recherche et de sauvetage maltaise et italienne.
  • 26 juin - Une première demande d’assignation d’un port de débarquement « sans délai » – comme le prévoit le droit maritime international – est adressée aux autorités maritimes compétentes. Il y aura sept demandes au total par la suite et seules deux réponses, négatives, seront reçues par nos équipes.
  • 27 juin - Pendant ce temps, les départs de Libye continuent. L’Ocean Viking est alerté d’une embarcation en détresse et la cherche durant 12 heures. L’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) annoncera finalement que les garde-côtes libyens l’ont interceptée : 93 personnes ont été ramenées de force en Libye, dont une femme ayant accouché à bord du canot. Six personnes auraient perdu la vie.
  • 29 juin - La tension monte à bord. Certains rescapés menacent de se jeter à l’eau . Un rescapé - mis en isolement depuis son sauvetage en raison d’une forte fièvre - est évacué par voie maritime vers l’Italie car son état de santé se dégrade. Les analyses faites en Italie indiqueront un résultat négatif au test COVID-19.
  • 30 juin - L’Ocean Viking porte secours à deux autres embarcations en péril, portant à 180 le nombre de rescapés à son bord. La première, un bateau en bois où prennent place 47 personnes particulièrement déshydratées et affaiblies, dérive depuis environ cinq jours sous un soleil de plomb. Puis dans la nuit, 16 personnes perdues en mer depuis trois jours sont secourues d’une minuscule barque en fibre de verre.

L’anxiété et le désespoir gagnent le navire

  • 1er juillet – Pour la cinquième fois depuis le 25 juin, nos équipes à bord de l’Ocean Viking sollicitent un lieu sûr de débarquement. Selon le droit maritime, un sauvetage prend fin lorsque les rescapés débarquent en lieu sûr. Certains patientent sur le navire depuis déjà sept jours.
  • 2 juillet - Deux rescapés désespérés sautent par-dessus bord. Les marins-sauveteurs les ramènent sains et saufs. Cinq autres rescapés évoquent des intentions de suicide. « Non seulement le manque de capacité de recherche et de sauvetage pour sauver des vies en mer est toujours criant, mais l’Union européenne ne parvient pas à assurer la sécurité des quelques personnes qui ont été secourues par un navire humanitaire qui tente de combler le vide en matière de recherche et de sauvetage. » déclare Frédéric Penard, directeur des opérations de SOS MEDITERRANEE dans une déclaration publiée le matin même.
  • 3 juillet – A bord, la situation se dégrade rapidement. Un homme passe à l’acte en tentant de se pendre. Deux rescapés entament une grève de la faim. Des bagarres, une agitation anormale et des menaces sont signalées. La sécurité des rescapés et de l’équipage n’étant plus garantie, l’Ocean Viking décrète l’état d’urgence à bord.  L’évacuation médicale immédiate de 44 rescapés en état de détresse psychologique aiguë est demandée. SOS MEDITERRANEE publie une nouvelle déclaration.
  • 4 juillet – Les autorités maritimes italiennes dépêchent une équipe médicale constituée d’un psychiatre et d’un médiateur culturel pour évaluer la situation à bord. Ils concluent à un important « inconfort psychologique et à une situation quasi incontrôlable » à bord mais aucune solution de débarquement n’est proposée. « Y’a-t-il quelqu’un en Europe qui entend notre appel et le prend au sérieux ? […] Faut-il attendre que quelqu’un meure pour être autorisé à débarquer ?” questionne Frédéric Penard dans une nouvelle déclaration.
  • 5 juillet – A la demande des autorités maritimes italiennes, huit membres du personnel  médical italien se rendent à bord pour mener un dépistage de la COVID-19 auprès des rescapés. Ils s’entretiennent aussi avec l’équipe médicale de SOS MEDITERRANEE qui leur explique avoir contrôlé la température des occupants du navire et leur taux d’oxygénation dans le sang deux fois par jour en plus des protocoles Covid mis en place à bord.  En parallèle, l’Ocean Viking reçoit enfin instruction de la part des autorités italiennes de se rendre à Porto Empedocle, en Sicile, après sept demandes pour un port sûr « sans délai ». A bord, le soulagement est manifeste.
  • 6 juillet - Alors ancré à l'extérieur du port de la petite ville sicilienne dans l’attente de directives précises, l’Ocean Viking reçoit instruction de la capitainerie de Porto Empedocle d’accoster et de s’amarrer à côté du Moby Zazà, le ferry de Moby lines affrété par l’Italie pour isoler les personnes secourues durant plusieurs jours dans le cadre des mesures de prévention de la COVID-19. Vers 23h40, le premier rescapé pose le pied sur le sol italien et est escorté vers le Moby Zazà.
  • 7 juillet. Vers 3h15 du matin, soit trois heures et demie après le début du débarquement, les 180 rescapés de l’Ocean Viking sont tous à bord du Moby Zazà et, selon la presse italienne, entament leur isolement préventif qui devrait durer 14 jours. Les médias italiens ont cependant annoncé que les résultats des tests Covid-19 réalisés par une équipe médicale à bord de l’Ocean Viking se sont avérés négatifs. L’Ocean Viking n’a reçu aucune information de la part des autorités à ce sujet, mais a reçu l’instruction de commencer une quarantaine pour l’équipage à bord. Les équipes de l’Ocean Viking devront à nouveau attendre au moins 14 jours au mouillage au large de Porto Empedocle avant de repartir sauver des vies en mer Méditerranée.

 

Le retard inutile de ce débarquement a mis des vies en danger. Au cours des derniers jours, l'Union européenne a gardé le silence : aucune initiative visant à relancer l'accord de Malte pour la relocalisation des rescapés n'a été annoncée. Il n'y a eu aucun signe de solidarité avec les États côtiers de la part des autres États membres. Une fois de plus, l’Union Européenne ne s’est pas montrée à la hauteur de la situation dramatique en Méditerranée et des valeurs d’humanité et de solidarité qui l’ont fondée. Depuis plusieurs années, nous demandons un système de débarquement coordonné, solidaire et pérenne en Méditerranée, car c’est précisément ce type de système qui aurait évité la séquence dramatique que nous venons de traverser.

 

Crédit photo : Flavio Gasperini / SOS MEDITERRANEE

 

Retour au journal de bord