menu Sauver des vies

SOS MEDITERANNÉ

Sauver des vies
Maintenant

Ocean Viking
JOURNAL DE BORD

Chaque jour, un membre de SOS MEDITERRANEE vous donne sa vision des opérations de sauvetage en mer et des événements. Retrouvez ces chroniques en son, images et vidéos.

le 20/07/2020

[PAROLE DE CITOYEN.NE] 2000 Km à vélo pour sauver des vies en MEDITERRANEE

« Enseignant la géographie, c’est via les cartes que j’ai découvert le cimetière qu’est devenu la Méditerranée. »

Enseignant de géographie et bénévole de l’antenne genevoise de SOS MEDITERRANEE Suisse depuis ses débuts, Régis a notamment contribué à l’élaboration du programme de sensibilisation scolaire. Aujourd’hui, il se lance dans un nouveau défi : parcourir 2000 km à vélo pour soutenir les opérations de recherche et de sauvetage de l’Ocean Viking. Il lui tient également à cœur de témoigner sur les visages et réalités de la migration tout au long de son parcours afin de « lutter contre la désinformation ou la sous-information ».

De la Suisse à la France à la rencontre d'autres bénévoles

Parti le 3 juillet d’Annemasse en Suisse, il réalisera un circuit en boucle passant par Dijon, Sancerre, Tours, Nantes, La Rochelle, Bordeaux, Toulouse et Montpellier notamment. Il compte en profiter pour rencontrer d'autres bénévoles des antennes de SOS MEDITERRANEE France sur son parcours pour échanger et créer des ponts avec la mobilisation citoyenne en Suisse.

Une cagnotte pour aider à sauver des vies en mer 

« Mon projet consiste en un voyage solidaire : je pédale et mets en vente 2 000 km au profit de SOS MEDITERRANEE. L’idée de la cagnotte part de la volonté de mettre à profit un long voyage à vélo, lui donner une dimension plus engagée. En le réalisant j’y ai vu un autre avantage, celui de pouvoir sensibiliser un public différent de celui des écoles, via les réseaux sociaux. J’ai donc commencé à réaliser de courtes vidéos sur des sujets variés autour des migrations. Vous pouvez les découvrir ici ! »

Il a déjà collecté plus de 2800 euros pour l’association sur sa cagnotte en ligne !  

L’indignation face à une situation inacceptable

Régis en a pris conscience à travers sa profession : « Enseignant la géographie, c’est via les cartes que j’ai, je crois, découvert le cimetière qu’est devenu la Méditerranée. L’ancien cartographe du Monde Diplomatique, Philippe Rekacewicz, a réalisé au début des années 2000 une carte intitulée « des milliers de morts aux portes de la forteresse Europe » qui met en parallèle la frontière de Schengen et les décès de migrant.e.s. Depuis, 15 ans d’actualité me rappellent chaque jour l’indignité européenne, celle qui m’inspire honte et colère, celle qui consiste à s’ériger en modèle de démocratie et de respect des droits humains, laissant hors-champ (de l’humanité, donc) ces vies supprimées. »

De l’indignation à l’action

Face à la tragédie humaine qui se déroule actuellement aux portes de l’Europe et au désengagement sans précédent des États européens en matière de recherche et de sauvetage, les citoyen.ne.s ont un rôle à crucial à jouer. Régis est lui aussi passé de l’indignation à l’action : « A côté de cette colère, il y a l’admiration, l’enthousiasme, que dis-je l’ivresse d’avoir vu des citoyen.ne.s partir en mer pour aider ces gens qui se jetaient avec un espoir démesuré dans ces embarcations inadaptées. » Aujourd’hui, aux côtés des marin-sauveteurs de SOS MEDITERRANEE, Régis agit en vendant des kilomètres à vélo pour faire avancer l’Ocean Viking. 

 

À la rencontre de l’antenne bénévole de Nantes

Parce que la solidarité n’a pas de frontières, Régis est arrivé à Nantes le 16 juillet et a rencontré les bénévoles de l’antenne nantaise de SOS MEDITERRANEE France.

VOUS AUSSI, vous pouvez vous engager comme Régis et lancer votre propre cagnotte pour un défi sportif, un anniversaire, une idée fantastique, ou simplement l’envie d’aider et de soutenir nos opérations en mer en rejoignant l'une de nos antennes en France, en Suisse, en Allemagne ou en Italie. Contactez-nous!

Photo et textes recueillis par Claire Juchat / SOS MEDITERRANEE

Retour au journal de bord