menu Sauver des vies

SOS MEDITERANNÉ

Sauver des vies
Maintenant

Ocean Viking
JOURNAL DE BORD

Chaque jour, un membre de SOS MEDITERRANEE vous donne sa vision des opérations de sauvetage en mer et des événements. Retrouvez ces chroniques en son, images et vidéos.

le 26/11/2021

[PORTRAIT] Filippo, infirmier à bord de l’Ocean Viking - « Après notre première expérience d'un naufrage, je sais quel temps nous pouvons affronter en hiver. »

Filippo, 39 ans, a rejoint SOS MEDITERRANEE en avril 2021 en tant qu’infirmier. Actuellement embarqué sur l’Ocean Viking, il a connu des conditions particulièrement difficiles à bord. Portrait d’un homme qui rêve depuis l’enfance de secourir les personnes en détresse en mer.  

Crédits photo ci-dessus : Flavio Gasperini / SOS MEDITERRANEE
 

Originaire de Ragusa, en Sicile, Filippo vit depuis 15 ans à Pampelune, en Espagne. Après ses études à l'école de soins infirmiers de la Croix-Rouge à Bologne, en Italie, il a travaillé dans divers hôpitaux et services : unités palliatives, hôpitaux psychiatriques, services ruraux dans les montagnes... Il est également spécialisé dans les soins d'urgence. 

Photo: Le soin des blessures des personnes rescapées à bord de l'Ocean Viking – souvent infligées en Libye ou dues aux brûlures de carburant et aux vis dans l’embarcation qui a servi à la traversée – fait partie des attributions de Filippo.  Crédits photo : Flavio Gasperini / SOS MEDITERRANEE


Première expérience humanitaire en Grèce

Filippo a connu sa première expérience dans l’humanitaire en Grèce en 2016 pour l'ONG Salvamento Marítimo Humanitario (SMH) où il a travaillé durant sept mois. Au départ, il était chargé d’évaluer et de prendre en charge toutes les personnes débarquant sur l'île de Chios. « C'était le chaos total, il n'y avait aucune coordination, aucune autorité. Deux bébés ont succombé dans les premières semaines de mon arrivée. » Filippo est rapidement devenu le coordinateur de l'ensemble du projet sur Chios, supervisant les opérations auprès des personnes secourues par les zodiacs de sauvetage de SMH. 

 

De la terre à la mer

Après cette expérience, Filippo est revenu en Espagne et est devenu conseiller médical et coordinateur pour SMH. Pendant cinq ans, soit jusqu'en décembre 2020, il a été responsable de la préparation des volontaires qui intervenaient en Grèce. C’est durant cette période que SMH a acheté le navire Aita Mari pour venir au secours des personnes en détresse en Méditerranée centrale. Filippo a effectué trois missions sur le navire en tant qu'infirmier et chef de l'équipe médicale. 

Photo: Sur l'Ocean Viking, avec les collègues de la FICR (Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge), Filippo veille à l’entraînement de tout l’équipage aux gestes qui sauvent. Crédits photo : FICR


« Ce qui se passe en mer n'est pas nouveau pour moi. Je suis conscient de la situation depuis que je suis né. Lorsque j'avais cinq ans, un grand bateau en bois est arrivé de manière autonome en Sicile. Il s'est écrasé sur les rochers à seulement 100 mètres de ma maison. J'étais choqué. Depuis lors, je rêvais de travailler sur un navire de sauvetage professionnel comme l'Ocean Viking. »

Sa volonté d'agir s'est confirmée en 2017, lorsque l'Italie a passé un accord avec le gouvernement libyen. « J'ai été scandalisé de voir comment les États européens se comportent contre les personnes qui cherchent un endroit sûr. Je veux être à bord pour montrer que je suis en désaccord avec ces pratiques illégales. Nous devons compenser le vide laissé par les États européens, mais ce n'est pas notre responsabilité, ce devrait être la leur. »

Filippo a finalement rejoint SOS MEDITERRANEE en avril 2021 en tant qu'infirmier. « Après ma première expérience d'un naufrage au printemps*, je sais quel temps nous pouvons affronter en hiver. Cela me fait peur de connaître les risques, mais je suis sûr que nous sommes prêt.e.s à affronter ces conditions difficiles. »

Photo: L’équipe médicale de l’Ocean Viking par temps de Covid. Crédits photo : Flavio Gasperini / SOS MEDITERRANEE

 

* En avril 2021, l’Ocean Viking a été témoin des conséquences mortelles d’un naufrage qui a fait quelque 130 morts alors que les vagues atteignaient sept mètres.  (Lire l’article)

 

Retour au journal de bord