menu Sauver des vies

SOS MEDITERANNÉ

Sauver des vies
Maintenant

Ocean Viking
JOURNAL DE BORD

Chaque jour, un membre de SOS MEDITERRANEE vous donne sa vision des opérations de sauvetage en mer et des événements. Retrouvez ces chroniques en son, images et vidéos.

le 30/10/2020

[REGARDS SUR LA MEDITERRANEE CENTRALE] #5 Traversées mortelles, la liste des naufrages en Méditerranée centrale s'allonge sans que les sauveteurs puissent intervenir

Les naufrages se succèdent. En cet automne, la terrifiante liste des morts et des disparus en Méditerranée, dans l’Atlantique et dans la Manche s'allonge, avec la mort confirmée de 4 personnes dont 2 enfants cette semaine.  

 

Cette publication de SOS MEDITERRANEE a pour but de faire le point sur les évènements qui se sont déroulés en Méditerranée centrale au cours des deux dernières semaines. Il ne s’agit pas de livrer une revue exhaustive des faits, mais plutôt de fournir des informations sur l’actualité de la recherche et du sauvetage dans la zone où nous opérons depuis 2016, sur la base de rapports publiés par différentes ONG et organisations internationales ainsi que par la presse internationale.

 

Semaine meurtrière en Méditerranée centrale : près de 40 personnes présumées mortes suite à 4 incidents différents au large de la Libye et de l'Italie

Les annonces tragiques de naufrages successifs ne font plus la une des journaux. Pourtant, ces deux dernières semaines, au moins 36 personnes sont disparues lors de 4 naufrages au large de la Libye et de l’Italie, alors que les navires d'ONG de recherche et de sauvetage (SAR) disponibles ne peuvent prendre la mer, la plupart étant empêchés de sauver des vies.

Dimanche 18 octobre, six personnes ont été secourues d'un bateau à la dérive par les garde-côtes italiens, après avoir passé près de dix jours en mer, sans nourriture ni eau. Selon les témoignages livrés par les rescapés aux garde-côtes italiens,  cinq personnes sont décédées au cours de leur tentative désespérée de traversée.  Leur bateau avait quitté l'Algérie en même temps que deux autres embarcations qui sont arrivées en Sardaigne.

La semaine dernière a commencé par l'annonce d'un naufrage au large de la Libye. Un autre était signalé jeudi, suivi d'un troisième dimanche. En une semaine, 31 personnes ont disparu ou sont présumées mortes, parmi lesquelles au moins deux enfants.

  • Lundi 19, l'OIM a fait état d'un naufrage au large des côtes de Sabratha, en Libye. Au moins 15 personnes sont portées disparues, et cinq rescapés ont été ramenés à terre par des pêcheurs.
  • Jeudi 22, un bateau a chaviré au large de Lampedusa, en Italie. Quinze survivants ont été secourus par des pêcheurs et ramenés à terre. Cinq personnes sont toujours portées disparues.
  • Dimanche 25 octobre, Safa Msehli, porte-parole de l'OIM, a annoncé qu'au minimum onze personnes s'étaient noyées après le naufrage de leur bateau, selon le témoignage de dix rescapés, secourus par des pêcheurs et la sécurité côtière.

Les départs se sont poursuivis au cours de ces deux dernières semaines en Méditerranée centrale - démontrant, une fois de plus, l'absence de corrélation entre la présence de bateaux d'ONG et le nombre de personnes tentant la traversée. Entre le 12 et le 25 octobre, selon l'UNHCR, près de 1 000 personnes sont arrivées en Italie par la mer. Pour la seule journée du 20 octobre, sept bateaux transportant un total de 253 personnes ont accosté à Lampedusa. 116 personnes ont été interceptées par les garde-côtes libyens et ramenées en Libye, comme le rapportent les Actualités Maritimes de l'OIM Libye.

A ce jour, au moins 506 personnes ont trouvé la mort cette année en Méditerranée centrale. Dans un  communiqué de presse daté du 23 octobre, l'Organisation Internationale des Migrations (OIM) exprime ses craintes que "en raison du manque de structures dédiées à la recherche et au sauvetage et d'opérations de surveillance, le nombre de décès ne soit beaucoup plus élevé, et que 'des naufrages invisibles' continuent à se produire à l'abri des regards de la communauté internationale".

Autre question importante soulevée par l'OIM, la situation qui se détériore en Libye pour les citoyens Libyens eux-mêmes : "plus de 430 Libyens ont tenté la traversée vers l'Italie cette année, contre 240 au cours de la même période l'an dernier".

 

Le point sur les équipements des ONG SAR : un septième navire bloqué par l'administration ; le Moonbird de nouveau autorisé à voler

Le Louise Michel, bateau de sauvetage financé par l'artiste de rue Banksy, a annoncé le 22 octobre qu'il était dans l'incapacité de prendre la mer, en raison d'un blocage administratif. C'est le septième navire d'ONG SAR empêché de sauver des vies ou bloqué en Méditerranée centrale depuis le 5 mai (voir les deux dernières éditions de nos "Regards sur la Méditerranée centrale").

Après presque deux mois d'immobilisation, le Moonbird, l'un des avions de reconnaissance de Sea Watch, a été autorisé à voler de nouveau. Le 23 octobre, Sea Watch et son partenaire médical Médecins Sans Frontières (MSF) ont annoncé qu'ils avaient saisi la justice concernant la rétention de leur navire , le Sea Watch 4, et  formé un  recours  auprès du tribunal administratif de Palerme.

 

En Libye 

A Genève, vendredi 23 octobre, les deux parties du conflit libyen ont signé un accord permanent de cessez-le-feu dans tout le pays. En tant que représentante spéciale du  secrétaire  général de l'ONU en Libye,  Stéphanie Williams  a exhorté toutes les parties concernées à se mettre le plus rapidement possible au travail pour appliquer les engagements de l'accord, afin d'alléger les souffrances de la population libyenne. 

Mi-octobre, le commandant principal des garde-côtes libyens, connu sous le nom de Bija, a été arrêté pour trafic d'êtres humains par le gouvernement libyen soutenu par l'ONU. Selon  un rapport de sécurité des Nations Unies publié en juin 2017, Bija était un facilitateur pour la traite d'êtres humains et faisait partie d'un réseau criminel opérant à Zawiyah, en Libye.

Citant des sources proches de l'OIM et de l'UNHCR, l'ANSA indique que près de 3 200 personnes sont détenues   dans onze centres de détention administrés par la Direction de lutte contre la migration illégale (DCIM) en Libye.

 

Gros plan sur la crise humanitaire touchant l'océan Atlantique : l'un des axes maritimes migratoires les plus meurtriers et de plus en plus fréquentés

Ces deux dernières semaines, la route périlleuse de l'océan Atlantique entre l'Afrique de l'Ouest et les îles Canaries a elle aussi connu des naufrages tragiques et des décès. Vendredi 23 octobre, un nombre indéterminé de personnes venant du Sénégal sont mortes dans le naufrage de leur bateau, dont le moteur a explosé au large de la ville sénégalaise de Mbour.  Selon le témoignage des rescapés, près de 200 personnes se trouvaient à bord. 51 ont été secourues par l'armée sénégalaise, et un nombre indéterminé sauvées par des pêcheurs.

En une seule semaine, du 14 au 21 octobre, plus de 2 600 personnes sont arrivées aux Canaries en bateau, soit autant que toute l'année 2019. L’axe migratoire de l'océan Atlantique est considéré comme l'un des plus meurtriers : une personne sur deux trouve la mort avant d'atteindre les iles espagnoles des Canaries, selon l'OIM citée dans cet article de RFI.

Hara Kaminara / SOS MEDITERRANEE

Retour au journal de bord