menu Sauver des vies

SOS MEDITERANNÉ

Sauver des vies
Maintenant

Ocean Viking
JOURNAL DE BORD

Chaque jour, un membre de SOS MEDITERRANEE vous donne sa vision des opérations de sauvetage en mer et des événements. Retrouvez ces chroniques en son, images et vidéos.

le 24/08/2021

[TÉMOIGNAGE] Hassan jeune rescapé secouru par l'Ocean Viking, « Mes parents ne savent pas que je suis en vie »

Hassan, 20 ans, a fui le Liberia pour se rendre en Libye en passant par la Guinée, le Mali et l'Algérie. Il a été intercepté par les garde-côtes libyens et envoyé en détention à deux reprises avant d'être secouru par l'Ocean Viking en juillet 2021.

 

« C'était la troisième fois que je tentais de traverser la mer Méditerranée. J'ai été intercepté à deux reprises, la première fois le 10 octobre 2020. J'ai été arrêté le 11 et envoyé en détention à Zliten. J'ai passé trois mois et trois semaines en détention cette fois-ci. J'ai été systématiquement battu, on m'a tout pris. Nous n'avions que des demi-rations de pain comme repas. Des organisations humanitaires venaient au centre de détention deux fois par semaine, elles nous donnaient des téléphones pour que nous puissions parler à nos parents, mais elles ne peuvent pas relâcher les personnes, ce n'est pas dans leurs attributions. 

 

De Zliten, j'ai été transféré dans un centre de détention à Zawiyah. Pour être honnête avec vous, je me suis échappé. Je me suis enfui avec 150 autres personnes, c'était une évasion massive.

 

Puis j'ai essayé de traverser la mer pour la deuxième fois. J'ai été intercepté le 4 février de cette année et emmené en détention le 5. De nouveau à Zawiyah. J'y ai passé 3 semaines jusqu'à ce que je m'échappe à nouveau, avec trois autres personnes.

 

C'est donc ma troisième tentative. J'ai payé 700 dollars américain pour la première fois, 800 dollars pour la deuxième, et 1200 dollars pour la troisième. J'ai déjà payé 1 500 dollars pour passer clandestinement du Mali à la Libye en traversant le désert. Comme on ne peut pas vraiment gagner de l'argent en Libye, on doit emprunter, emprunter, emprunter.

 

C'est pourquoi nous préférons mourir en mer plutôt que de vivre en Libye. Parce qu'il n'y a pas d'autre issue. Mes parents ne savent pas que je suis en vie. »

 

Crédit photo : Flavio Gasperini

Retour au journal de bord