menu Sauver des vies

SOS MEDITERANNÉ

Sauver des vies
Maintenant

Ocean Viking
JOURNAL DE BORD

Chaque jour, un membre de SOS MEDITERRANEE vous donne sa vision des opérations de sauvetage en mer et des événements. Retrouvez ces chroniques en son, images et vidéos.

le 05/12/2019

[TÉMOIGNAGE] "J'aurais préféré mourir dans l'eau plutôt que de rester un jour de plus en Libye"

Wilfred*, rescapé à bord de l’Ocean Viking
 

Au beau milieu de la nuit un soir d'hiver, 94 personnes – dont onze femmes (quatre enceintes) ainsi que six très jeunes enfants - s’élançaient sur une embarcation de fortune faite d’un boudin en plastique et de quelques planches assemblées à la hâte. Parmi eux, Wilfred, tout juste trente ans, et son épouse Emilie, transis de froid et de peur. Sans boussole ni aucune notion de navigation et pour la plupart, sans savoir nager, les naufragés ont eu beaucoup de chance d’être repérés en pleine mer par l’Ocean Viking en ce 19 novembre. Wilfred témoigne.

 

« Il y a un conflit en cours au Cameroun. Ça fait deux ans maintenant. Ils ont tué tout le monde dans mon village. Ils ont tiré dans la jambe de mon petit frère.... C'est un pays qui dispose de nombreuses ressources, et j'aurais tant aimé ne l’avoir jamais quitté. Mais ils s'entretuent là-bas. C'était trop dangereux d’y rester !

Le voyage du Cameroun vers la Libye n'est pas facile non plus. Surtout dans le désert et une fois arrivé en Libye, c'est l'enfer sur terre. Tant de coups.... Ils m'ont brisé la tête à force de me rouer de coups en prison. Je n'en pouvais plus. Vous voyez l'eau [pointant vers la mer depuis le pont de l'Ocean Viking] ? J'aurais préféré mourir dans l'eau plutôt que de rester un jour de plus en Libye. Nous avons réussi à nous échapper cette fois-ci et j'ai eu de la chance que ma femme et moi ayons été sauvés par vous et votre navire. Nous vous en sommes très reconnaissants ! »

 

Témoignage recueilli à bord de l’Ocean Viking par Avra Fialas, chargée de communication.

 

*Le nom et la photo ont été modifiés afin de préserver l’anonymat et la sécurité du rescapé.

 

Crédit photo : Avra Fialas / SOS MEDITERRANEE

Retour au journal de bord